Chabbat Tsedaka

Cha'harit : Indisponible | Min'ha : Indisponible

30 novembre 2015Posté par : alexis

Chabbat Tsedaka

Chers amis,

           Ce chabbat est le chabbat tsedaka dans notre communauté. Les dons qui seront promis lors des montées à la Torah de ce chabbat seront intégralement versés à la caisse de tsedaka. Du 15 novembre au 15 décembre, la campagne de la tsedaka, organisée par le FSJU bat aussi son plein. C’est donc pour nous l’occasion de dire un mot concernant la tsedaka et d’éclairer un passage de Guemara qui peut paraître surprenant.

           «Qui détourne ses yeux de la tsedaka est comparable à un idolâtre ainsi qu’il est dit…» (Baba Batra 10a). Quel rapport doit-on établir entre le refus de la tsedaka et l’idolâtrie ?

           Le Maharal de Prague (Netivot Olam, Netiv haTsedaka, chapitre 2) explique ainsi cet enseignement : D.ieu est la source de la vie, la racine à partir de laquelle l’existant émane. C’est pourquoi D.ieu est désigné par l’expresion biblique «la source d’eau vive» (Jérémie 2, 13). L’idolatrie est qualifiée par ce même texte biblique de «citernes félées ne pouvant contenir de l’eau», c’est-à-dire des éléments ne pouvant rien contenir et encore moins offrir.

           Qui détourne ses yeux de la tsedaka ne participe pas positivement à la vie d’autrui, ne constitue pas pour lui une source de vie, se place en posture de l’idole qui reste de marbre et qui n’a rien à offrir.

           Cet enseignement du Maharal nous permet de mieux saisir l’énoncé hébraïque de cet enseignement : «kol hama’alim ‘énav», «qui détourne ses yeux» mais aussi «qui fait disparaitre ses sources» (‘ayin, un œil et eyn, une source).

           Elle est belle cette image où l’homme est source de réconfort pour autrui, source d’encouragement, source de vie.

Amitiés à tous !

Rabbin J. Milewski