Hanouka (2)

Cha'harit : Indisponible | Min'ha : Indisponible

08 décembre 2015Posté par : alexis

HANOUKA

Chers amis,

Les soirs de ‘Hanouka, deux types de bougies sont allumées: les bougies avec lesquelles on accomplit la mitsva de ‘Hanouka (une le premier soir, deux le deuxième soir…) et le chamach, ou bedeau, avec lequel on allume les bougies à caractère de mitsva. On n’accomplit pas l’injonction de ‘Hanouka en allumant le chamach mais celui-ci nous aide à réaliser la mitsva. Son statut particulier s’exprime aussi par sa place dans la ‘hanoukia puisqu’il est rapporté que le chamach est positionné au dessus des autres bougies «pour placer les humbles sur les hauteurs» (Job 5, 11) (cf. Netiv Bina III, p. 362 au nom du Maharil, un décisionnaire du Moyen Age).

Le chamach joue un rôle capital (il allume les bougies à caractère de mitsva) mais lui-même reste dans l’ombre puisque ce n’est pas une mitsva de l’allumer : on ne récite pas de bénédiction sur son allumage. Le chamach est humble, effacé, c’est lui qui fond le plus vite puisque c’est lui qui est allumé en premier. Pourtant, sans lui, rien n’est possible. C’est lui qui permet aux autres bougies d’éclairer et c’est là toute sa grandeur ; c’est lui qui est positionné au dessus des bougies «pour placer les humbles sur les hauteurs».

La suite de ce verset de Job est aussi en lien avec ‘Hanouka car il se conclut ainsi : «Ceux qui sont plongés dans l’obscurité atteindront le salut». Le temps viendra où la contribution au salut du monde des « petites gens » sera reconnue, ces «petites gens» oeuvrant consciencieusement et patiemment, à l’écart de la scène médiatique et loin des projecteurs, pour rendre le monde meilleur.

‘Hanouka saméa’h lekoulam !

Rabbin J. Milewski