Ki Tissa

Cha'harit : 09h15 | Min'ha : 20h30

24 février 2016Posté par : alexis

PARACHAT KI TISSA

Chers amis,

Le Sanctuaire comporte deux autels : l’autel de la cour où l’on faisait brûler certains morceaux des offrandes et l’autel des parfums qui se situait dans le hékhal, soit la partie du Sanctuaire recouverte (il est question dans notre sidra de l’offrande des parfums ou ketoret).

Rabbi Chemouel de Sokhatchov (Chem miChemouel Ki Tissa p. 229) explique que ces deux autels correspondent au cœur et au cerveau. L’autel extérieur renvoie au cœur, autel d’amour porté pour le mystère divin, expression de l’aspiration métaphysique, manifestation de la soif de D.ieu. Le feu qui brûle de façon permanente sur cet autel se réfère à cet incendie de l’âme. L’autel intérieur correspond lui au cerveau, à l’intellect, à l’analyse objective et serrée, qui ne s’exprime pas aux yeux de tous. On offrait la ketoret sur cet autel. Ketoret vient de KTR qui veut dire : attacher. L’esprit s’attache, se rattache à sa racine.

Le Chem miChemouel poursuit : ces deux autels permettent de neutraliser deux types de mal : l’ange qui a combattu Yaacov s’est présente à lui sous les traits d’un idolâtre ou sous les traits d’un savant (‘Houlin 91a). Parfois, le mal est manifeste. Il incite l’homme à fauter clairement, en toute connaissance de cause ; le mal est identifié. Parfois, le mal est masqué. Une confusion se distille dans l’esprit. Le mal se présente sous l’aspect du bien, de l’injonction, soutenue par un pseudo-argumentaire solide (l’idolâtre et le savant).

Le feu de l’autel extérieur combat le feu du mal. L’esprit de l’autel intérieur lutte contre la confusion qui renverse les valeurs (nous arrêtons ici l’exposé du Chem miChemouel).

On pense souvent que l’intelligence est le facteur qui détermine notre comportement, nos réactions… La plupart du temps, c’est faux. C’est le psychologique, l’affect, l’émotionnel, l’épidermique, qui orientent le raisonnement qui peut en arriver à démontrer 1+1=3. C’est pourquoi dans l’espace sacré du sanctuaire, on rencontre d’abord l’autel extérieur, celui du cœur, et seulement ensuite l’autel intérieur, celui de l’intellect ; comme pour signifier que pour parvenir au «penser juste», au «penser vrai, exact», il est en premier lieu nécessaire de travailler sa dimension psychologique c’est-à-dire accepter de se distancer de ses états émotifs et réactionnels.

Un grand chabbat chalom à tous !

A guitn chabess !

Rabbin J. Milewski