Toldoth

Cha'harit : 09h15 | Min'ha : 16h40

16 novembre 2017Posté par : alexis

PARACHAT TOLDOTH

 Mes chers amis,

Dans la tradition rabbinique, Essav désigne sa personne (le frère de Yaacov) et aussi le projet de destruction qu’il porte autour de lui. Il incarne le «yetser hara’», l’instinct du mal. A l’inverse, Yaacov représente le «yetser hatov», le penchant au bien.

Au début de la sidra, Essav demande à Yaacov : «Fais-moi ingurgiter du rouge, de ce rouge». «Rouge», Adom. Adom constitue l’acronyme de : «éfer, dam, mara», cendre, sang, bile. Adom renvoie à la description physiologique, mécanique et biologique du corps. Essav demande à Yaacov d’accomplir tous ses desseins, ses désirs, ses appétits et ses envies («Fais-moi ingurgiter du rouge, de ce rouge»).

Yaacov rétorque : «Vends, comme aujourd’hui, ce qui relève du premier (bekhor) à moi !». Le yetser hara’ ne se contente pas de pousser l’homme à la faute ; il s’associe aussi à l’accomplissement des commandements afin de les dénaturer ou d’empêcher qu’ils soient convenablement appliqués. Yaacov réagit donc : «Qu’as-tu besoin de me pousser à accomplir ma vie religieuse en y associant de mauvaises intentions ou d’autres que celles requises ? Il te suffit de m’inciter à la faute pour faire ton devoir ! Mes mitsvot, ma vie religieuse, reste-en à l’écart, ne t’en mêle pas !».

«Bekhor» désigne le premier-né, ce qui relève du primordial, donc les mitsvot qui constituent pour les juifs le principe essentiel de leur existence.

Yaacov demande donc à Essav : «Cède-moi les mitsvot, n’y insuffle pas la confusion, laisse-les aussi claires et transparentes que la lumière du jour, comme aujourd’hui» (Cet enseignement est largement inspiré du No’am Elimélekh sur parachat Michpatim p. 112).

Chabbat chalom à tous !

J.Milewski