Tou Bichvat

Cha'harit : 07h05 | Min'ha : 19h55

30 janvier 2018Posté par : alexis

TOU BICHVAT

Mes chers amis,

La Guemara de Temoura (31b) évoque le cas d’un homme qui consacre un arbre qui lui appartient à la trésorerie du Temple de Jérusalem. Du coup, qui tire profit de cet arbre enfreint la loi biblique de Méïla, loi qui interdit de tirer jouissance d’un bien consacré au Temple. La Guemara précise que cette défense de tirer profit de l’arbre, dans notre cas, s’applique même pour la sciure du bois (si l’on a scié une branche) ou même pour une feuille qui serait tombée (on peut l’utiliser comme matière  à fumier). La sciure, la feuille, ont été séparées de l’arbre mais elles restent consacrées pour la trésorerie du Temple.

Si l’homme est un arbre des champs colle le dit la Torah, les enfants d’Israël sont tel cet arbre consacré à la dimension religieuse, morale et spirituelle.

Des morceaux de tronc ont pu être détachés par la main du bucheron, des feuilles ont pu être arrachées par la force du vent. Des juifs ont pu être détournés de leur identité par la violence de l’histoire ; d’autres ont pu se laissés entraîner par les vents assimilationnistes. Néanmoins, la vocation juive – inscrite en eux – ne s’est pas éteinte ; l’arbre reste consacré ainsi que tous ses éléments.

C’est qu’il faut bien les ramasser ces morceaux de tronc, les rechercher toutes ces feuilles déposées un peu partout. Car le vent risque de les emporter encore un peu plus loin.

Que vive l’arbre du peuple juif !

J. Milewski