Chekalim

Cha'harit : 07h05 | Min'ha : 17h05

08 février 2018Posté par : alexis

PARACHAT CHEKALIM

Mes chers amis,

Concernant l’impôt du demi sicle (ma’hatsit hachékel), la Torah dit : «Le riche n’augmentera pas [le montant] et le pauvre ne réduira pas du demi sicle». Rabbi Yera’hmiel I. Y. d’Alexander  (Yisma’h Israël sur section Chekalim) propose une jolie explication ‘hassidique de ce verset : en effet, outre sa littéralité, notre verset suggère une autre lecture basée sur l’enseignement talmudique selon lequel : «Eyn ‘ani éla belo da’at», «Il n’est d’homme pauvre que par rapport au savoir !».

 L’homme riche dont il est question dans notre verset est celui qui connaît la Torah, qui a une perception de D.ieu. De fait, «il n’augmentera pas» signifie qu’il ne pourra s’enorgueillir, il ne pourra s’imaginer être un homme important. Puisque le but de la connaissance est de savoir que l’on ne sait pas, ce ne peut-être que l’humilité qui habite «l’homme aisé».

Quant au pauvre en Torah, celui qui n’a pas pu apprendre, celui à qui on n’a pas enseigné les mitsvot, «il ne réduira pas», qu’il ne se méprise ni ne désespère. Car dans la Torah, on peut toujours avancer.

 Toutes ces idées se déduisent du «ma’hatsit hachékel». Ma’hatsit veut dire : milieu, moitié. Chékel vient de la même racine que «michkolet», poids, balance. Ma’hatsit hachékel», c’est l’équilibre de la balance, c’est le milieu. «L’homme riche» et «l’homme pauvre» dans notre acception ne sont qu’au milieu. C’est pourquoi «l’homme aisé en savoir» a encore tout à faire et c’est pourquoi l’homme indigent en Torah peut tout faire encore.

Chabbat chalom à tous !

J. Milewski