Terouma

Cha'harit : 07h20 | Min'ha : 18h35

14 février 2018Posté par : alexis

PARACHAT TEROUMA

Mes chers amis,

Notre sidra est consacrée à la construction du Sanctuaire. Dans ce cadre, la Torah dit : «Tu érigeras les poutres en Sanctuaire, bois de Chitim, se positionnant debout/ ‘omedim». La Guemara (Souca 45b) explique que le verbe «‘omedim» doit se comprendre dans le sens de : «existent encore». Les poutres  avec lesquelles le Sanctuaire fut édifié se tiennent debout pour toujours. «‘Omedim» a alors le sens de stable, immuable.  Le Sanctuaire a disparu mais ses poutres existent encore quelque part. Poutres immuables.

Le Ketav Sofer (sur notre paracha) donne a cet enseignement talmudique un éclairage très original : dans certaines circonstances, le monde minéral s’élève en participant au développement du monde végétal qui lui-même nourrit le monde animal qui lui-même s’intègre au monde des humains par le biais de la nutrition. Un arbre fruitier entre parfaitement dans le processus évoqué. L’arbre de Chitim ne produit pas de fruit ; il est donc a priori exclu du cheminement d’élévation. Il est «‘omed», stable, immuable, sans progression possible, sans élévation envisageable. C’est pourquoi – dit le Ketav Sofer – c’est ce type d’arbre qui a été utilisé pour composer la structure extérieure du Sanctuaire. C’est parce ce biais qu’il peut s’élever.

Il y a des gens qui ne connaissent pas la Torah ; qui n’ont pas eu la chance de bénéficier d’une éducation juive digne de ce nom, qui n’ont pas été élevé dans une atmosphère de mitsvot joyeuse et intelligente. Pour autant, rien n’est perdu ! Eux aussi peuvent faire le choix de s’ériger en haie protectrice autour de la Torah  qu’ils apprendront rapidement à connaître.

Chabbat chalom lekoulam !

J. Milewski