Roch Hodech Adar

Cha'harit : 09h15 | Min'ha : 19h25

15 février 2018Posté par : alexis

ROCH ‘HODECH ADAR

Mes chers amis,

A partir du 1er adar, des émissaires des tribunaux rabbiniques partaient pour se rendre dans les champs et vergers et veiller au respect de la loi de Kilaïm c’est-à-dire la loi biblique qui interdit de planter ensemble des graines d’espèces différentes (Chekalim 1, 1). Il est donc bien nécessaire de distinguer les catégories, les nuances, les différences, pour assurer à la clarté d’habiter nos esprits.

Dans ce contexte, la Michna (Kilaïm 2, 3) évoque la problématique du changement de semailles dans un champ. La Michna dit : « Si son champ était semé avec du blé et qu’il se ravise (nimlakh) pour y semer des graines d’orge, [il faut s‘assurer qu’aucun grain de blé ne subsiste dans le champ. C’est pourquoi] il attendra le temps que le blé, sous terre, pourrisse [« tatli’a » dans la Michna, littéralement : devienne plein de vers], puis il retournera la terre avec la charrue et ensuite, il sèmera ».

Ces trois étapes évoquent le processus de techouva qui compte d’abord la prise de conscience de la faute («Si vous fautes sont rouges comme le vermisseau/Tola’at… » dit le verset). La terre abimée surgit, la terre dont l’homme est fait. Puis, se produit le retournement existentiel, moral, spirituel. Enfin, vient le temps des semailles, semailles de lumière et de bonnes actions.

«Si son champ était semé avec du blé et qu’il se ravise (nimlakh)…». Le terme nimlakh veut dire : se raviser, et aussi : devenir roi. Il devient souverain de sa vie celui qui décide de revoir son passé et d’orienter son existence sur la voie de la Torah.

‘Hodech tov lekoulam !

J. Milewski