Chavouot

Cha'harit : 08h00 | Min'ha : 16h45

16 mai 2018Posté par : alexis

CHAVOUOT

Chers amis,

D.ieu ordonna à Moché d’établir une barrière autour de la montagne du Sinaï pour en empêcher l’accès à tout homme ou bête. Qui touche le mont transgresse cette défense. Le Rav Hirsch (Bema’aguelé Chana vol III p. 286 et suiv.) explique : entre D.ieu S’exprimant au cœur du feu posé sur le sommet de la montagne et le peuple réuni, il y a une séparation, il y  a de la distance. Il faut bien distinguer Celui qui donne la Torah de celui qui la reçoit. Sans la barrière, s’établit comme une confusion qui risque de faire croire que Celui qui donne la Torah et celui qui l’a reçue ne sont pas des êtres distincts, qu’ils relèvent de la même catégorie, de la même origine, que la Torah n’est pas divine.

Sans la barrière, surgit cette prétention à affirmer que le Décalogue et les autres commandements seraient le fruit de l’intelligence humaine, de sa religiosité, de son contexte.

Avec la barrière, les enfants d’Israël s’écrient : «Nous accomplirons, puis nous comprendrons !». Sans la barrière, ils auraient dit : «Nous comprendrons et nous accomplirons».

La frontière entre le donneur céleste et le bénéficiaire humain doit absolument être maintenue. Cette frontière s’inscrit au cœur de la croyance d’Israël.

‘Hag saméa’h lekoulam !

J. Milewski