Nasso

Cha'harit : 07h20 | Min'ha : 18h35

23 mai 2018Posté par : alexis

PARACHAT NASSO

Chers amis,

Le nazir est l’individu qui formule le vœu de s’abstenir de tout produit provenant de la vigne, de se couper les cheveux et d’entrer en contact d’un corps sans vie.

A la fin de la période couvrant son vœu, le nazir doit présenter un certain nombre d’offrandes au Temple. Après avoir précisé le contenu de ces offrandes, la Torah dit : «Telle est la loi du nazir formulant un vœu, son offrande pour D.ieu concernant son nazirat, en dehors de ce que sa main pourra disposer » (Nb 6, 21). La dernière proposition est intrigante : «en dehors de ce que sa main pourra disposer». Que signifie-t-elle ?

Le Talmud (Temoura 10a) explique le verset ainsi : Telle est la loi du nazir qui a les moyens d’honorer ses obligations au Temple et qui peut apporter ses offrandes, en dehors du cas de celui dont la main disposera de moyens à l’avenir mais non présentement. Pour lui, ce n’est pas son offrande qui est présentée mais des offrandes que d’autres que lui offrent pour lui, pour lui permettre d’obtenir la kapara, le pardon.

Un nazir est pauvre ; il ne peut pas apporter les offrandes demandées. Qu’à cela ne tienne ! On ne le laisse pas tomber. Autrui fait preuve de générosité et consacre pour lui les offrandes prévues.

Dans le cas du nazir, il y a un point particulier qui va bien au-delà du fait d’aider autrui qui se trouve en difficulté car c’est le nazir lui-même qui – de sa propre et libre volonté – qui s’est imposé ces différentes obligations. C’est lui qui s’est mis dans cette situation de devoir présenter des offrandes. Pourtant, la tradition juive demande à ce que l’on aide et le soutienne. C’est vrai, c’est lui qui s’est créé ce contexte difficile mais ce n’est pas une raison pour ne pas l’aider.

Chabbat chalom à tous !

J. Milewski