Souccoth

Cha'harit : 08h00 | Min'ha : 16h45

21 septembre 2018Posté par : alexis

SOUCCOTH

Mes chers amis,

Quand la maison de David apprit que l’un de ses ennemis s’était allié avec Ephraïm, « son cœur et le cœur de son peuple frissonnèrent (vayana’) comme les arbres d’une forêt frissonnent (kenoa’h) au vent (mipené roua’h) » (Isaïe 7, 2). C’est le vent qui déplace les branches et les feuillages des arbres.

A Soukot, il nous est demandé de procéder à des na’anouïm, d’agiter la branche des palmiers et les autres espèces dans toutes les directions. Dés lors, l’homme est tel le vent qui redistribue les éléments, tel le vent qui redessine les paysages, rétablissant les équilibres perturbés, raffermissant les fragilités matérielles et spirituelles, soignant les injustices du monde, tel un vent qui met de l’ordre dans les choses et la vie.

Le peuple ainsi inspiré pourra commencer à mentionner de nouveau, dans la Amida, lors du moussaf de Chemini ‘Atséret, l’expression désignant D.ieu comme étant « Celui qui fait souffler le vent et tomber la pluie»…

‘Hag saméa’h lekoulam !

Jacky Milewski