Hanouka

Cha'harit : 07h20 | Min'ha : 16h50

03 décembre 2018Posté par : alexis

La Guemara de Chabbat (21a) explique que les grecs ont rendu impure toutes les huiles du Sanctuaire. Quelle était l’intention des grecs ? S’il s’agissait d’empêcher les kohanim d’allumer la Menora, ils auraient pu simplement briser le Candélabre ou le confisquer ou déverser sur le sol toutes les huiles !

Le Rabbi de Loubavitch (miChoul’han ha’hag p. 140) en déduit que les grecs poussaient les kohanim à allumer la Ménorah avec de l’huile d’olive rituellement impure. Tel est le sens ultime de l’opposition entre les juifs et leurs ennemis : le monde juif, le monde de la Torah, celui de la croyance en un D.ieu unique, celui d’un mode de vie spécifique, est confronté au monde de la culture hellénistique, se proposant d’approcher la Torah à la lumière de conceptions matérialistes.

Dans le passage de ‘Al hanissim où l’on s’adresse à Hachem – poursuit le Rabbi de Loubavitch – il est rappelé que les grecs ont tenté «de faire oublier Ta Torah et de faire transgresser [aux juifs] les lois émanant de Ta volonté». Pourquoi est-il dit «Ta Torah» et non «la Torah» ou «notre Torah (Toraténou)» comme on le fait par exemple à Chavouot ? C’est que précisément certains sont disposés à accepter la Torah comme une œuvre spirituelle inégalée, comme une œuvre littéraire intelligente et inspirée, mais à condition de lui assigner une origine humaine. Les hellénistiques s’opposent à voir dans la Torah quelque chose de divin. Ils reconnaissent dans la Torah une certaine sagesse mais elle est, à leurs yeux, une sagesse parmi d’autres, sans lien avec le Créateur. A la révélation, ils préfèrent la raison. «Quelle délice pour l’intellect cette Torah mais non pour l’âme. Quelle âme ?» s’écrit l’helléniste. C’est pourquoi le texte liturgique précise bien que les grecs s’en sont pris «à Ta Torah». Aux commandements bibliques, les hellénistes assignent une valeur toute relative, produit d’une histoire, sans lien avec D.ieu. C’est pourquoi le texte liturgique évoque  les «lois émanant de Ta volonté» (on parle à D.ieu).

C’est cela l’huile impure avec laquelle les grecs souhaitaient que les kohanim  allument la Menora ; l’huile ayant contractée l’impureté rituelle par le contact avec la civilisation de Yavan.

Que le Kohen Gadol puisse enfin allumer la Ménorah !

‘Hanouka saméa’h lekoulam !

Rabbin J. Milewski